ESPACE NOSTRADAMUS

Lune
Portrait de Nostradamus
Accueil
Biographie
Ascendance
Bibliographie
Références
Analyse
Frontispices
Gravures
Actualité
Recherche
Club
Ramkat
Lune




ASCENDANCE

1

Introduction aux origines des Nostredame



    Voici un aperçu biographique que donne Jean-Aimé de Chavigny dans La Première face du Janus françois (1594) sur cet aspect qui nous intéresse ici :

   « Michel Nostradamus, le plus renommé et le plus fameux qui ait esté depuis longtemps par la prédiction qui se tire de la connoissance des astres, naquit en la ville de Saint-Rémy en Provence, l'an de grace 1503, un jeudy 14 décembre, environ les 12 heures de midy. Son père se nommoit Jacques de Nostredame, notaire du lieu ; sa mère Renée de Saint-Rémy. Ses ayeuls paternels et maternels avoient passé pour très sçavans dans les Mathématiques et la Médecine, l'un ayant esté Médecin de René, Roy de Jérusalem et de Sicile, Comte de Provence, et l'autre Jean, duc de Calabre, fils du Roy René. Ce qui ferme la bouche à quelques envieux, qui pour estre mal informez de la vérité, ont médit de son origine...
   Il étoit fort attaché aux cérémonies de l'Eglise Romaine, et suivant la foy et la religion Catholique, hors de laquelle il assuroit n'estre point de salut. Il reprenait fortement ceux qui s'estant retirez du sein de l'Eglise, se laissoient entester de doctrines estrangères et damnables, assurant que la fin leur seroit mauvaise et pernicieuse. Je ne veux pas oublier à dire, qu'il s'exerçoit volontiers en jeusnes, oraisons, ausmones et à la patience... »

   Cette biographie, très peu objective, du secrétaire particulier de Nostradamus a été reproduite par la quasi-totalité des commentateurs de l'astrologue provençal, et a même été incluse dans des éditions des Prophéties, dès le début du XVIIe siècle.

Notre lecteur trouvera une reproduction de l'ouvrage fondamental de Jean-Aimé de Chavigny sur le Site de Mario Grégorio.

   Quant à Jean et César de Nostredame, frère et fils de Michel, ils nous font savoir :

   1 - Du côté paternel, ils possèdent dans leur arbre généalogique un Pierre de Nostredame, savant médecin du duc de Calabre, du roi René et de Charles d'Anjou, bisaïeul de Michel Nostradamus.

   2 - Du côté maternel, ils descendent d'un noble du XIIIe siècle, Peyre de San Romiech, qui tua par amour Antoinette de Lambesc. Puis, au XIVe siècle, c'est un autre noble, Jean de Saint-Rémy, signalé par César seulement. En 1480, un second Jean de Sainct-Rémy, médecin et syndic de Tarascon, également noble, apparaît dans la généalogie de la famille de Nostradamus. Enfin, un troisième Jean de Saint-Rémy, son fils, sommelier du roi René, et enfin sa petite-fille Renée de Saint-Rémy, mère de Michel et de Jean de Nostredame.

   Nous allons voir que la réalité est quelque peu différente des élucubrations et récits fantaisistes du frère et du fils de Michel Nostradamus. Les anciens registres de notaires permettent d'établir sans aucune contestation les origines juives du célèbre astrologue. Notamment, du côté paternel, les Nostredame ne descendent pas de « savants médicins versés aux langages hébrieux et grecs », mais de marchands juifs qui se sont enrichis comme tant d'autres à cette époque (même nobles et chrétiens) au commerce plus ou moins usuraire du blé, de l'orge et de l'avoine.

   Ces origines familiales de Nostradamus ont fait couler beaucoup d'encre, depuis ses détracteurs qui le considéraient bien évidemment comme juif jusqu'à ses apologistes, tel son disciple Jean-Aimé de Chavigny qui assurait que son maître était de souche purement catholique, « ce qui est pour clore la bouche aux envieux », nous dit-il dans sa Brève dissertation sur la vie de Nostradamus.

   Jean et César de Nostredame se sont donc attribués un bisaïeul et un trisaïeul, Pierre de Nostredame, fameux et docte médecin, bien versé aux langues anciennes et qui avait été honoré successivement de la confiance du duc de Calabre, du bon roi René et de Charles d'Anjou. Puis, ils ont décrit de belles armoiries, en dotant Pierre de Nostredame de ces « armes parlantes » : une roue brisée d'argent en un champ de gueules, avec le mot Soli Deo. Quant à Jean de Saint-Rémy, il possède pour armes une tête d'aigle de sable sur champ de gueules.

   Quoi qu'il en soit, sans remonter jusqu'à la nuit des temps ou à la période biblique, nous allons examiner de près les découvertes faites sur les quelques générations qui ont précédées la venue de Michel Nostradamus, avec le témoignage désintéressé des actes notariés du XVe siècle, et établir ainsi quelques faits essentiels et peu contestables.

 

Retour Sommaire Ascendance